Au soleil ! un tube de crème connecté

Au soleil ! un tube de crème connecté

ATTENTION !!!

S-1 avant les grandes vacances tant attendues !

Après plus de 6 mois sous la grisaille, le soleil pointe enfin le bout de son nez et les coups de soleil aussi ! En effet pour la majorité de la population Française c’est LA période critique. Notre pauvre petit capital solaire est mis à rude épreuve et les ventes de Biafine augmentent en flèche !

Pourtant nous sommes conscients des risques mais les vacances sont faites pour se détendre, lâcher prise et parfois nous sommes un peu faignants quand il s’agit de s’étaler de la crème (toutes les 2h heures sans exception).

VOUS OUBLIEZ LA CRÈME SOLAIRE, PAS DE PANIQUE NOUS AVONS LA SOLUTION !

Vitality Brands et l’agence VML (made in Australia) ont mis au point un tube de crème solaire connecté à votre smartphone. Un signal est envoyé via une connexion bluetooth lorsque vous débouchez le tube solaire pour la première fois. Grâce à l’application Re Apply Reminder  vous avez accès à un minuteur qui va vous indiquer à quel moment vous devez vous appliquer de nouveau de la crème solaire.

Cette application est disponible pour le moment qu’en Australie. L’Australie est le pays du monde où la population est la plus touchée par le cancer de la peau. Chaque jour, plus de 2000 patients sont traités pour la maladie.

Une innovation marketing pertinente qui prévient de mauvaises surprises.

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à trouver la personne qui vous étalera votre crème…

Fini le plastique ! Place à l’algues

Fini le plastique ! Place à l’algues

Vous avez une overdose de plastique et vous voulez sauver les dauphins (et autres animaux aquatiques)? Vous allez adorer cet ingénieur breton, Rémy Lucas qui a inventé une alternative  écolo au plastique à base d’algues.

En effet ce breton anti-plastique a inventé un matériau composé à 100% d’algues brunes, entièrement biodégradable baptisé Algopack.

Son entreprise du même nom, installée à Saint-Malo, reçoit et transforme chaque semaine une tonne d’algues brunes, en provenance de fermes aquacoles de la région. Cela lui permet notamment de produire des pots horticoles sans plastique, pour planter des plantes en pleine terre sans avoir à jeter le pot en plastique.

Mais l’entreprise à d’autres ambitions et ne compte pas fabriquer que des pots de fleurs… Bientôt, on pourra concevoir beaucoup d’autres objets, dont la vitesse de biodégradation pourra être régulée. Ainsi un jouet de plage mettra plusieurs jours à se désagréger dans l’eau, tandis qu’un sac de supermarché ne mettra que quelques heures à disparaître.

Donc finit les sacs plastiques qui flottent à la surface de l’eau et qui tuent les pauvres dauphins !

Une petite vidéo pour la route vers la Bretagne :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=TvHlVga93Es&t=95[/youtube]

Urban Beehive et les abeilles d’appartement

Urban Beehive et les abeilles d’appartement

Philips répond à la psychose des consommateurs sur la sécurité alimentaire et la recherche de produits sains. Beehive est une ruche d’appartement. Mais pas de crainte à avoir, les abeilles ne voletteront pas entre le salon et la chambre. Elles sont enfermées dans une boîte design.

Pour obtenir son miel, unique il suffit d’actionner la petite cordelette et voir le précieux nectar s’écouler.

Esthétique, sûre, facile, Urban Beehive est le symbole de la nature domestiquée et sublimée dont raffolent les urbains soucieux de leur bien-être mais pas encore prêts pour vivre comme dans Man vs Wild.

La recherche de l’auto production alimentaire y compris dans les grandes villes est un phénomène massif. Une enquête TNS Sofres de 2014 établit que 43% des Français produisent leurs propres fruits, légumes, salades et herbes aromatiques.

Conscient de cette attente qui lie sécurité alimentaire et plaisir hédoniste, des marques innovantes proposent de plus en plus de produits à faire pousser.

Prêt à pousser la PME française qui a fait sensation au dernier Salon International de l’Alimentation (SIAL) propose des champignons à faire pousser en quelques jours. Si le kit à 29,90€ ne fonctionne pas un autre kit gratuit est fourni au client.

Depuis le SIAL la PME revendique 20.000 ventes par mois. L’entreprise envisage de proposer des mini poivrons  et un mini fraisier.

Ce vaste mouvement vers une plus grande autonomie alimentaire au-delà de la crainte provoquée par les récents scandales alimentaires rencontre les phénomènes du home made et de la recherche d’une naturalité sublimée.

Après le cocooning, les jardins urbains, on voit poindre un home nourricier.

Des phénomènes qui sont autant d’opportunité de nouveaux segments de marché pour les industriels de l’agro alimentaire

 

Pour en savoir plus sur notre Book

Un tatouage éphémère pour les diabétiques

Un tatouage éphémère pour les diabétiques

Les tatouages éphémères cartonnent depuis quelques saisons déjà : c’est rigolo, joli… mais pas que !

Aujourd’hui les tatouages éphémères sont aussi utilisés dans le domaine médical. Fini les piqûres d’insuline incommodes, des jeunes diplômés de l’université de Californie à San Diego ont mis au point un tatouage temporaire qui permet aux diabétiques de mesurer leur niveau de sucre sans avoir à se piquer avec un lecteur de glycémie.

Ce tatouage est constitué de petites électrodes qui sont imprimées sur un bout de papier appliqué sur la peau du patient. Grâce à des capteurs sensoriels, le tatouage va être capable de mesurer la glycémie en temps réel. Ce tatouage est utilisable pour un seul contrôle et doit être jeté juste après.

Pour l’instant, le prototype ne fournit pas une lecture facile des données glycémiques prélevées, nécessaires pour que le patient puisse surveiller son niveau de glucose. Cependant il disposera probablement de la technologie Bluetooth pour envoyer ces informations directement au médecin en temps réel, ou les conserver dans le cloud.
Ce tatouage pourrait servir à d’autres usages que le contrôle de la glycémie : par exemple, détecter d’autres composants ou substances dans le corps et même délivrer directement des médicaments sous la peau.

C’est une réelle avancée technologique pour les diabétiques et le corps médical. Une idée d’innovation qui permet de rendre le quotidien des malades bien plus agréable. Une innovation qui prouve l’intérêt des nouvelles technologies pour améliorer le quotidien des personnes malades.

Plus d’info sur l’Université de California à San Diego.

Le plastique du futur fertilisera les plantes

Le plastique du futur fertilisera les plantes

Un groupe de chercheurs de l’Université Harvard a créé un bioplastique totalement naturel. Si vous le jetez dans la nature, il se dégrade en quelques semaines dégageant un engrais naturel qui va enrichir les sols, favorisant la croissance des plantes. Ajouter à cela que le pétrole sera bientôt renouvelable et nous pourrons envisager le futur plus sereinement.

Biologique et utile même comme déchet

Plus personne ne peut l’ignorer, les plastiques à base de pétrole envahissent les océans. Ils sont une plaie pour la nature dont il est difficile de se débarrasser. Une fois dans l’environnement, un plastique va prendre des décennies (450 ans pour une bouteille) avant de se dégrader. Mais il en reste très souvent des traces à l’état microscopique qui s’infiltrent dans les organismes vivants.

Parmi les solutions enviables, des chercheurs proposent le « Shrilk », un composant qui ressemble à s’y méprendre à du plastique. Composé d’éléments nutritifs , il favorise la croissance des plantes en se dégradant naturellement. Leurs expériences a ainsi démontré qu’il était possible de faire pousser une plante uniquement avec ces déchets biologiques.

Ce matériau durable, transparent et renouvelable peut être produit en masse et sera aussi résistant que le plastique actuellement utilisé. Il serait ainsi possible de fabriquer des jouets, des télévisions et des téléphones biodégradables.

C’est pour l’instant le seul plastique biologique qui puisse être une nouvelle fois valorisé après utilisation en fertilisant les terres. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Serait-il un jour possible de créer un cercle vertueux dans nos modèles de production ?

GetSharp va nous faire manger des insectes en 2015

GetSharp va nous faire manger des insectes en 2015

GetSharp est une entreprise qui s’est donnée pour mission, d’introduire les insectes dans la consommation quotidienne des Français. La startup se spécialise dans la production de barres protéinées aux insectes, pour les sportifs de haut niveau.

GetSharp souhaite incorporer de la farine d’insectes dans les produits alimentaires afin d’en améliorer les qualités nutritionnelles. L’objectif ? Avoir d’ici peu dans les rayons des steaks moins gras, des pâtes hyper-protéinées ou encore des gâteaux apéritifs plus sains pour la santé.

GetSharp est convaincu de la qualité nutritionnelle et environnementale des insectes. Alors qu’en France nous mangeons des escargots, des huitres et des grenouilles, les gens sont encore réticents à manger des insectes, car à en croire ce que nous aimons mettre dans nos assiettes, plus c’est laid plus c’est bon!

L’ambition principale de GetSharp est de changer l’image des insectes, et lui redonner sa juste valeur, en l’associant à celle du sport, de la performance, du bien être et de la bonne santé.

4 choses à savoir sur les insectes :

  • Ils contiennent jusqu’à 65% de protéines sur extrait sec, et des acides animés essentiels
  • Ils ne consomment pas d’eau car ils puisent dans leurs aliments
  • Ils s’élèvent hors-sol, ce qui pourrait constituer une ferme très productive
  • Ils consomment 2 à 9 fois moins de céréales que les animaux à sang chaud

Pour introduire ses produits sur le marché dès janvier 2015, Getsharp lance une campagne de financement participatif.

La question que vous vous posez est : mais quel goût ça a ?

pour l’instant celui du chocolat et de la cacahuète

[youtube width=”720″ height=”480″]http://youtu.be/No0z_caFu_Y[/youtube]

 

UFLEX stoppe les hémorragies

UFLEX stoppe les hémorragies

Chaque année, le prix James Dyson, lancé en 2007 par l’inur sans sac, récompense un projet innovanventeur de l’aspiratet. Le James Dyson Award est présent dans dix-huit pays dans le monde. Il met à l’honneur l’ingéniosité et la créativité.  Les inventeurs de demain sont encouragés à « penser différemment » afin de trouver une solution innovante à un problème identifié.

Cette année UFLEX  figure parmi les inventions pratiques et ingénieuses du concours Dyson.

Le concept : Une bande qui se gonfle et permet de stopper les hémorragies.

 

Ce dispositif anti-hémorragie, crée par deux designers de l’ouest de la France, la Finistérienne Inès Le Bihan et le Nantais Julian Loïs.

Julian a travaillé en tant que secouriste et il a pu observer que lors des coupures ou des blessures les sauveteurs utilisaient principalement des kits d’urgences assez contraignants. Ce jeune Nantais de 24 ans c’est donc posé la question : que faire pour réagir plus rapidement et comment stopper l’hémorragie si je suis seul ?

La Finistérienne et le Nantais ont donc imaginé une bande anti-hémorragique qui utilise le principe des bandes rétractables (elles s’enroulent toutes seules autour du bras).

Cependant pour stopper une hémorragie, il faut une compression forte et continue. Pour pallier le problème, Julian et Ines ont intégré deux poches contenant deux liquides chimiques. Le fait de fixer le dispositif sur le bras, permet aux deux liquides de se mélanger, ce qui provoque une réaction chimique et permet au système de se gonfler.

Ce système ingénieux qui peut sauver des vies, intéresserait déjà les médecins et les professionnels du secourisme.

A quand la commercialisation ?  

Peres contre le gaspillage alimentaire

Peres contre le gaspillage alimentaire

Déterminer si un aliment est toujours comestible alors que la date limite de consommation est dépassée de quelques jours est-il un risque que vous prendriez ?

Le morceau de viande peut toujours paraître appétissant, mais il est toujours possible que l’aliment ne soit plus comestible.

Peres  est un dispositif unique et novateur couplé à une application mobile qui permet aux utilisateurs de déterminer la qualité et la fraîcheur des aliments qui se trouvent dans leur frigo.

L’entreprise lituanienne qui développe ce produit propose un appareil qui permet de connaître exactement des informations sur les caractéristiques du produit avant de les consommer. Outre la prévention sanitaire, Peres permet aussi d’éviter le gaspillage alimentaire.

[youtube width=”720″ height=”480″]http://www.youtube.com/watch?v=uNH1575gih0[/youtube]

 

Le produit sera commercialisé courant Octobre pour un peu moins de 150 dollars.

Pour en savoir un peu plus c’est par ici !

L'économie participative contre les écocides

L'économie participative contre les écocides

Citizencase est la première plateforme de financement participatif pour un meilleur accès à la justice. Cette initiative citoyenne et désintéressée est portée par l’association Rassemblement Pour la Planète pour donner des moyens aux associations d’agir en justice et pour donner plus de poids à leurs actions contentieuses. Citizencase constitue une réponse au besoin croissant de la société civile de se protéger des risques sanitaires et des atteintes à l’environnement ainsi que des atteintes aux droits sociaux.

Le crowdfunding aide une de nombreux projets à se développer. Mais il est rare que ces projet militent pour la préservation de l’environnement ou nous invite à agir différemment. C’est ce que propose le site citizencase. Cette plateforme vous propose de se mobiliser face aux écocides.

Un écocide est un acte de destruction ou d’endommagement important d’un écosystème, notamment par l’exploitation excessive de celui-ci dans le but de subvenir à d’autres processus ou systèmes.

Si vous participez à une de ces campagnes, plutôt que de proposer votre participation pour la création d’un objet, ou d’un projet, les fonds récoltés serviront à alimenter et aider les associations qui sont engagées dans des démarches contentieuses avec des entreprises ou des projets menaçant l’environnement. La démarche cherche ainsi un moyen de pouvoir “mutualiser des coûts de procédure juridique  et favoriser les poursuites pour dommages écologiques et sanitaires, aujourd’hui peu ancrés dans les priorités des pouvoirs publics”.

Si vous êtes intéressés par la démarche, vous savez vers où cliquer !

Contactez-nous
ou par e-mail