L’intelligence artificielle (IA) consiste en la mise en œuvre de techniques permettant à des machines d’accomplir des tâches et de résoudre des problèmes jusqu’à présent réservés aux humains. Elle occupe aujourd’hui une place grandissante dans la stratégie des entreprises.

75% des acteurs du marketing ont ainsi pour objectif d’améliorer l’Expérience Client grâce à l’intelligence artificielle (étude menée en 2018 par Golem.ai). Celle-ci apparait désormais à toutes les étapes du parcours client.

Plus concrètement, on a vu se développer ces dernières années des chatbots capables d’analyser le « langage naturel » sur les sites web d’Orange, de la Fnac ou encore de la SNCF.

L’intelligence artificielle ne se limite pas au marketing. On la retrouve dans de nombreux domaines, dont celui de l’intégration des personnes en situation de handicap.

L’objectif est alors double pour les entreprises qui investissent dans l’intelligence artificielle :

  • Offrir une amélioration de la qualité de vie des personnes en situation de handicap, en particulier sur leur lieu de travail.
  • Capitaliser sur les innovations en accessibilité déployées pour en faire bénéficier par la suite les personnes valides et toucher un public bien plus vaste, source d’opportunités économiques. Ou à l’inverse, capitaliser sur l’existant pour proposer de nouveaux outils d’accessibilité.

« L’assistant de Google n’a pas été créé dans le but premier d’aider les déficients visuels, mais c’est aujourd’hui un élément clef » Cécile Pruvost (Google France).

Découvrez maintenant trois exemples d’entreprises investissant dans l’intelligence artificielle pour l’intégration de tous.

 

  • « AI for Accessibility », le programme de Microsoft

Microsoft a lancé en 2018 un vaste programme consistant à rendre le digital plus accessible à tous, certainement encouragé par Satya Nadella, son DG, père d’un enfant en situation de handicap.

Pendant 5 ans, l’entreprise va accompagner et subventionner à hauteur de 25 millions de dollars des chercheurs, entreprises et ONG chargés de développer des solutions innovantes, se servant de l’intelligence artificielle, pour le milliard de personnes en situation de handicap dans le monde.

« Nous sommes convaincus que les bénéfices de l’intelligence artificielle doivent être accessibles à tous et toutes » Philippe Trotin, responsable Accessibilité chez Microsoft France

Dans le cadre de son programme, Microsoft a déjà développé de nouvelles applications ou actualisé des applications existantes. C’est notamment le cas pour Microsoft Translator. Initialement pensé comme outil de traduction en temps réel, l’application peut être utilisée par des personnes sourdes ou malentendantes comme outil de retranscription du discours par écrit, en temps réel.

Des start-up ont également investi dans l’accessibilité des personnes en situation de handicap en développant des applications reposant sur l’intelligence artificielle.

 

  • Ava : rendre accessible toutes les conversations de groupe

Lancé en 2016 aux Etats-Unis puis à l’été 2017 en France, Ava permet de retranscrire par écrit des conversations de groupe. Le dispositif fonctionne par reconnaissance vocale, il suffit pour chacun des participants de télécharger l’application sur son smartphone fonctionnant alors comme un micro. L’ensemble des discours est affiché en direct sur les écrans.

« L’objectif d’Ava est de créer un onglet commun entre la culture sourde et la culture entendante, le tout à bas prix » Thibault Duchemin, PDG d’Ava

Pensée au départ comme un outil d’accessibilité par son PDG, seule personne entendante dans une famille de personnes sourdes, et son directeur technique, sourd et non parlant, l’application peut servir dans un cadre familial mais aussi professionnel pour faciliter la compréhension des personnes sourdes ou malentendantes. L’éditeur de logiciels Salesforce l’a ainsi utilisée pour sous-titrer en direct 80 sessions de travail lors de sa dernière conférence. L’application peut également être employée comme outil de retranscription, par exemple pour suivre à distance une réunion.

 

  • RogerVoice : permettre aux sourds et malentendants de téléphoner

Depuis 2018, l’application RogerVoice permet de retranscrire à l’écrit un appel téléphonique. La personne sourde ou malentendante participant à l’appel peut répondre à l’aide du clavier, le texte est ensuite lu à haute voix par synthèse vocale, reposant sur l’intelligence artificielle. Il est également possible de faire appel, via vidéo, à un interprète en langue des signes. La communication téléphonique est ainsi rendue possible, en toute autonomie, pour les personnes souffrant de surdité.

D’après Olivier Jeannel, fondateur de RogerVoice ayant perdu très jeune une grande partie de son audition, la loi a donné un coup d’accélérateur pour voir émerger ce type d’application. En effet, depuis le 7 octobre, les grandes entreprises françaises ont pour obligation de rendre accessible leur service téléphonique aux sourds et malentendants.

RogerVoice, disponible en plus de 100 langues, est ainsi partenaire d’une vingtaine de grandes entreprises françaises comme Allianz, Aéroport de Paris ou Orange.

Les bénéfices en termes d’inclusion sociale, progrès technologique, perfectionnement des outils, image et opportunités économiques favorisent finalement l’élaboration de systèmes d’intelligence artificielle au service de l’accessibilité. Nous devrions donc voir se développer de plus en plus des applications et technologies de ce type.

 

Charlotte LEFEBVRE

Charlotte LEFEBVRE

Chargée d'études

Contactez-nous
ou par e-mail
Share This
newsletter blog

Abonnez-vous à notre newsletter et restez connecté(e) à l'Expérience Client

Soyez averti(e) de nos dernières notes de blog

Merci ! Votre inscription est bien prise en compte.